LE PETIT NICOLAS - UHasselt

of 26 /26
1 LE PETIT NICOLAS

Embed Size (px)

Transcript of LE PETIT NICOLAS - UHasselt

Microsoft Word - Fiche Petit Nicolas.doc2
Un film de Laurent Tirard, 2009, 90' D’après le livre Le petit Nicolas de René Goscinny et Jean-Jacques Sempé Distributeur : Wild Bunch Distribution
Le petit Nicolas… Rôles principaux Valérie Lemercier maman Kad Merad papa Sandrine Kiberlain la maîtresse Michel Galabru Monsieur le ministre Musique http://www.filmmuziek.be/soundtracks.cgi?id=2292&lang=nl Musique originale de Klaus Badelt, Universal Music n° 0600753221143
3
L’internet http://www.lepetitnicolas-lefilm.com/ CE SITE EST TOUT SIMPLEMENT F-A-B-U-L-E-U-X ! Il contient tout pour bien préparer d’aller regarder ce film. Il y a l’histoire, Goscinny et Sempé, les personnages, une galerie de photos, des vidéos, des jeux, la presse, et, un grand espace pédagogique. Nous reprenons à titre d’exemple quelues exercices proposés de ce site. Sachez pourtant qu’on offre des exercices à tous les niveaux (même niveau école primaire avec des dessins à colorier, à découper etc .) Bref, il s’agit là d’une mine d’information autour du film. Trailers http://www.commeaucinema.com/film/le-petit-nicolas,95049 http://www.dailymotion.com/video/x1gtuz_le-petit-nicolas_fun http://www.premiere.fr/Bandes-annonces/Video/Le-Petit-Nicolas-Teaser-1 RÉSUMÉ Nicolas mène une existence paisible. Il a des parents qui l'aiment, une bande de chouettes copains avec lesquels il s'amuse bien, et il n'a pas du tout envie que ça change... Mais un jour, Nicolas surprend une conversation entre ses parents qui lui laisse penser que sa mère est enceinte. Il panique alors et imagine le pire : bientôt un petit frère sera là, qui prendra tellement de place que ses parents ne s'occuperont plus de lui, et qu'ils finiront même par l'abandonner dans la forêt comme le Petit Poucet... Parmi ses amis il y a Agnan, le chouchou de la maîtresse, sur lequel on ne peut pas trop taper à cause de ses lunettes ; Alceste, le petit gros qui mange tout le temps ; Clotaire, le cancre de service ; Geoffroy, le gosse de riche ; Eudes, le costaud qui donne des coups de poing sur le nez... Le petit Nicolas et sa bande de copains sont devenus des personnages-types (des Agnans, on en connaît tous, des Alcestes aussi !). Depuis bientôt quarante ans, cette formidable galerie de portraits déchaîne toujours des cascades de rires.
4
Voici une photo des amis. Pouvez-vous dire qui est qui ? De gauche à droite :
5
QUESTIONNAIRE PROLOGUE 1. Quelle est la première image du film? 2. Quels sont les personnages ? 3. Quel est le sujet de la rédaction que les élèves doivent faire ? 4. Est-ce que le petit Nicolas sait ce qu’il doit écrire ? 5. Et les autres ? 6. Pourquoi Clotaire est-il toujours privé de récréation ? 7. Que répond Clotaire à la question : ‘Qu’est-ce que c’est qu’un échafaud ?’ ? 8. Clotaire a un vélo de course. Il y a aussi des sacs pour transporter des choses. Que
répond-il à la question de ses camarades pourquoi ces sacs sont attachés à son vélo de course ?
9. Comment s’appelle le surveillant général ? Que veut-il toujours ? 10. Expliquez son surnom. 11. Pourquoi ne peut-on pas taper Agnan ? 12. Qui est monsieur Moucheboume ? 13. Qu’est-ce que le papa du petit Nicolas serait devenu s’il n’était pas devenu papa ? BANDE D’ANNONCES 14. Vous souvenez-vous de la bande d’annonces ? 15. Quelle histoire la maîtresse demande-t-elle de raconter en classe ? 16. Qui est le seul à pouvoir le faire ? 17. Un jour un nouvel élève arrive. Qui est-ce ? 18. Joachim est-il seul à la maison ? 19. Quels étaient selon Joachim les signes précurseurs à la naissance de son petit
frère ? 20. Le petit Nicolas reçoit un cadeau de monsieur Moucheboume. De quoi s’agit-il ? 21. Comment le petit Nicolas doit-il remercier monsieur Moucheboume ? 22. Comment cette scène se déroule-t-elle ? 23. Décrivez le voisin. 24. Pourquoi les parents décident-ils d’inviter le couple Moucheboume ? 25. Pourquoi tout d’un coup maman pense-t-elle qu’elle ne peut pas recevoir les
Moucheboume ? 26. Un beau jour le petit Nicolas est convaincu qu’il va avoir un petit frère. Comment cela
se fait-il ? 27. Quel plan va naître ? 28. Comment va-t-il s’y prendre ? 29. Quel est le mot de passe du club, de la bande des garçons ? 30. Et comment s’appelle la bande ? 31. A l’école les garçons seront examinés par un médecin. Décrivez la scène. 32. Les parents du petit Nicolas lui proposent d’aller faire une balade en forêt. Que le
petit Nicolas en conclut-il ? 33. Que fait-il alors pour plaire à sa maman ? 34. Est-ce suffisant pour ne pas aller en forêt ?. 35. Qui viendra visiter l’école ?
6
36. Qu’est-ce que la maîtresse doit préparer pour cette visite ? 37. Toujours pour plaire à sa maman Nicolas range la maison avec ses amis ? Quel est
le résultat ? 38. Quelle décision le petit Nicolas prend-il alors qu’il constate que tous ses efforts
ratent ? 39. Part-il loin ? 40. A qui les garçons font-ils appel pour le plan d’enlèvement ? 41. Quel est le vrai métier de Francis Leborgne ? 42. Que demande-t-il ? 43. Comment les garçons essaient-ils obtenir cet argent ? 44. Que se passe-t-il quand la maîtresse est malade ? 45. Comment cela se passe-t-il alors en classe ? 46. Qu’est-ce que maman a l’intention de préparer quand les Moucheboume viennent
dîner ? 47. Comme se passe le dîner ? 48. Quelle est la réaction de maman ? 49. La visite du ministre. Quelle question pose-t-il à Clotaire ? 50. Est-ce que Clotaire sait répondre ? 51. Un jour, le petit Nicolas change d’avis par rapport à son petit frère. Pourquoi ? 52. Que fait-il alors ? 53. Pourtant qu’est-ce que ses parents lui annoncent un jour après l’école ? 54. Qu’est-ce que le petit Nicolas s’est imaginé ? 55. Or aura-t-il un petit frère ? 56. Comment y réagit-il ?
7
EXPLOITATION VOCABULAIRE
1. Traduisez les mots en néerlandais et introduisez-les dans la phrase appropriée
niertjes – het schavot – een woonwagen – het onthaal – smaak
- Les gitans vivent dans une … .
- Au Moyen Age, beaucoup de gens étaient exécutés publiquement sur l’… .
- Hier, nous avons mangé des … à la crème. C’était délicieux !
- Pour toute information supplémentaire, adressez-vous à l’… .
- Quand j’achète une glace, je choisis toujours ces deux … : fraise et
chocolat.
Verbe Substantif
3. Traduisez
- …
- …
- Mon petit frère (crier, ind. prés.) … tout le temps.
- Tu ne (se douter, imparfait) … de rien.
- Je (partager, ind. prés.) … la chambre avec mon frère.
- Je (vouloir, imparfait) … un vélo, pas un petit frère.
- Et si on (inviter, imparfait)… monsieur Moucheboume à dîner ?
- (Laisser, impératif, singulier) … , cela me fait plaisir !
- Et si on (aller, imparfait) … faire une balade en forêt le weekend
prochain ?
9
- Cela (ne pas suffire, passé composé) … .
- Demain, on (aller, futur simple) … se promener dans la forêt.
- J’(sentir, passé composé) … que maman (avoir, imparfait) …
du mal à m’abandonner.
- Papa et maman (passer, passé composé) … le reste de
l’après-midi à se disputer .
- Nous (aller, futur simple) … dès demain aux Galeries Lafayette.
- Je t’(apprendre, futur simple) … à conduire.
- J’(décider, passé composé) … de quitter la maison.
- Je veux que nous (engager, subjonctif présent) … une
bonne pour la soirée.
- Ce (être, conditionnel présent) … chouette.
- Vous (aimer, ind. prés.) … la littérature scandinave ?
- Ce (être, futur simple) … à la bonne franquette.
- La maîtresse (revenir, passé composé) … .
- Je (vouloir, ind. prés.) … que vous (être, subjonctif présent) …
exemplaires.
ça !
- La vie (reprendre, passé composé) … son cours.
- Un matin nous (aller, passé composé) … tous … à l’hôpital.
- On (dire, conditionnel présent) … qu’elle a quatre fesses.
- (Raconter, impératif, pluriel 2ième pers.) … ce que vous (faire,
futur simple) … plus tard .
conditionnel passé) … un chien.
10
DIVERS
1. Exercice oral : Décrivez ce que vous voyez sur ces images.
11
12
13
14
15
16
http://www.demorgen.be/wca_digi/film_detail/101/268461/Le-Petit-Nicolas.html#
17
La critique [evene] le 29 Septembre 2009 par Anne-Claire Cieutat
Sur le papier, tout ou presque de ce projet aurait pu relever du pur défi opportuniste : en temps de crise globale et de déferlante virale, cette plongée dans une France fantasmée des années 1950 où nulle grossièreté ne saurait être prononcée prenait a priori le chemin d’une échappatoire collective. Or des tribulations du gamin espiègle de Sempé et Goscinny, dont on fête cette année les 50 ans, Laurent Tirard a retenu le goût du burlesque et la tendresse de ton dans un imperturbable premier degré qui ne cède jamais le pas à l’ironie – hormis dans une séquence-clin d’oeil aux 'Choristes', aussi amusante qu’injustifiée. Soit une vision très plastique de l’oeuvre, ici compulsée et réinventée à des fins de clarté narrative : couleurs désaturées, plans très cadrés, décors aux portes de la stylisation, 'Le Petit Nicolas' prend dès lors des allures de conte. Un écrin visuellement confortable, soutenu par une musique à la joliesse soulignée, qui se fait le terrain de jeu idéal à un casting en tout point irréprochable. Dans le rôle-titre, Maxime Godart, pour la première fois à l’écran, fait preuve d’une grande sobriété, quand son charisme modéré permet à la distribution adulte de flirter avec le relief : Valérie Lemercier en "desperate housewife" sortie de ses gonds fait là un numéro burlesque aussi physique qu’hilarant, Kad Merad, en père du Petit Nicolas et François-Xavier Demaison en "Bouillon" offrent à voir leur profil cartoonesque, quand Sandrine Kiberlain prend à sa charge la part nostalgique du film dans un jeu en mode mineur. L’enjeu n’est, semble-t- il, autre que de faire rire et sourire, en toute impunité. Pourquoi s’en plaindre ?
2008-07-03 Cet article est paru dans le Webzine n°129
L’événement n’aura pas véritablement défrayé la chronique, mais c’est bien dans notre pays que Le Petit Nicolas, l’une des productions françaises les plus attendues de l’année 2009, a posé ses caméras l’espace de cinq semaines. Une touche belge qui n’est plus due au hasard, confirmant, après Cineman (avec Franck Dubosc) et Je l’aimais (avec Daniel Auteuil), que la Belgique reste une terre d’accueil plus que jamais incontournable pour les tournages de films, à gros budget y compris.
Petit rappel historique
Haut comme trois pommes, le petit Nicolas est en fait …quinquagénaire depuis deux ans, puisqu’il est né en 1956 de l’imagination de René Goscinny et de Jean-Jacques Sempé. D’abord paru chez nous dans les colonnes du Moustique (l’ancêtre du Télémoustique) sous forme de bande dessinée, le petit garçon s’est ensuite promené en France par de courts récits illustrés, dans le journal Sud Ouest d’une part, dans le
18
magazine Pilote d’autre part, avant qu’il ne soit immortalisé en cinq recueils (Le Petit Nicolas, Les Récrés du Petit Nicolas, Les Vacances du Petit Nicolas, Le Petit Nicolas et les copains, Le Petit Nicolas a des ennuis), dont au moins un tome a dû traîner un jour dans toute bibliothèque familiale. Rappelons que ces aventures écolières teintées d’un humour fin racontent les quatre cents coups de Nicolas et de ses potes, tous typés, comme l’intellectuel de service (Agnan), l’enveloppé (Alceste), le cancre (Clotaire), le fils de riche (Geoffroy), le castard (Eudes), sans oublier l’indispensable présence féminine (Marie-Edwige) au sein d’un univers bourré de clichés, mais tellement bon enfant, qu’il se situe à mille lieues de sa représentation actuelle.
Une adaptation attendue
Plusieurs millions d’exemplaires vendus au cours de plusieurs décennies et surtout l’étonnant succès de la publication d’inédits ces dernières années auront finalement convaincu les détenteurs des droits (Jean-Jacques Sempé - 76 ans aujourd’hui - et Anne Goscinny, la fille de René), après d’innombrables sollicitations, à accepter d’adapter un film dont le succès paraît presque garanti d’avance. Pas uniquement pour l’imposant casting et le fait qu’il met à l’œuvre un personnage déjà connu, mais pour ses thématiques (scolaire, familiale) et l’époque des culottes courtes souvent très prisée du public, en rappelle le succès des Choristes. Scénarisée entre autres par Alain Chabat et réalisée par Laurent Tirard (Molière), l’histoire fait référence à plusieurs ouvrages du Petit Nicolas (qui craint ici l’arrivée d’un petit frère, ce qui va le pousser lui et ses amis à semer la pagaille en ville), tout un gardant une certaine fidélité à l’œuvre produite par … Fidélité Films pour la France, Scope Pictures pour la Belgique. Le film a, en outre, bénéficié du soutien de Wallimage.
Casting royal
Avec vingt-deux millions et demi d’euros, le budget a logiquement permis de réunir un casting royal. Si bien sûr, les rôles principaux sont détenus par des enfants (encore?) inconnus mais recrutés sur un casting long de plusieurs mois, la présence de deux acteurs qui ont la bonne étoile de faire partie du phénomène Ch’tis (Kad Merad, le père de Nicolas et Michel Galabru, ministre pour l’occasion) laisse entrevoir les grandes ambitions d’un projet où l’on retrouvera Valérie Lemercier (la mère), Sandrine Kiberlain (la maîtresse), François-Xavier Demaison (le bouillon – surnom du surveillant), Michel Duchaussoy (le directeur), Daniel Prévost (Monsieur Moucheboume) et Anémone (Melle Navarin), excusez du peu! François Damiens (Blédurt, le voisin), Renaud Rutten et Odette Jouret représentent eux, le contingent belge de cette méga-production.
À la question, « La Belgique, c’est le Nord ? », pour Michel Galabru, celui-ci, d’une humeur toujours agréable, nous a répondu : « Pour tous les comédiens en général, la Belgique est un pays en …or. Une petite tournée ou un tournage de film sont toujours considérés comme un événement formidable. » Un passage-éclair pour un acteur plus humble que jamais, à 84 ans. « Là, je tourne deux jours. Parfois un, parfois trois. J’ai tourné dans 150 films. Finalement, en 80 ans, ça ne fait pas grand-chose au total. On l’oublie, mais je ne suis ni Delon ni Depardieu. On ne me cite jamais parmi les plus gros cachets. Moi, je suis une sorte de Poulidor du cinéma. »
Un Renaud Rutten (actuellement à l’affiche dans Eldorado) presque surpris de faire partie de cette joyeuse bande «J’ai fait ce casting en vitesse avec Patrick Hella sans
19
réellement mesurer l’ampleur du projet. C’est seulement quand j’ai lu le scénario que j’ai compris que je serais le moniteur d’auto-école de Valérie Lemercier ! »
Les Studios Monev, un petit Cinecitta belge!
Si quelques scènes ont été tournées en extérieur dans les environs et le centre de Bruxelles, la majeure partie belge du tournage s’est déroulée au sein des imposants Studios Monev de Leeuw Saint Pierre, à la pointe du marché belge dans le secteur. Là où le fameux Cineman de Yann Moix s’est installé auparavant et avant qu’Eric-Emmanuel Schmitt n’y revienne avec Michèle Laroque à l’automne pour des scènes d’Oscar et la Dame Rose, visiblement ravi de son passage avec Odette Toulemonde. « Si nous accueillons la plupart du temps des publicités belges voire internationales, nous précise Angel Zapica, l’un des responsables des lieux, nous accueillons volontiers des longs métrages, d’autant que nous sommes un peu les seuls chez nous, plusieurs concurrents s’étant retirés du secteur ces derniers temps. »
À l’intérieur, les décors semblent à la hauteur du projet. De la salle de classe, où les vingt-quatre élèves ont pris place sur des pupitres en bois, à la maison du Petit Nicolas, tout a été reconstitué avec du mobilier et du matériel d’époque, jusqu’aux interrupteurs et aux cartes de France. La nostalgie guettant, le bond dans le temps est immédiat. Et les images du film apparaissent presque comme par enchantement.
Le tournage se poursuit en France jusqu’au 13 août, doublé d’un second volet, entre le 11 septembre et le 10 octobre. Mais la sortie du film n’est prévue que pour la rentrée scolaire …2009 ! David Hainaut
4. A titre d’exemple (les fiches à télécharger du site officiel du petit Nicolas (voir supra).
Fiche Le petit Nicolas
Nicolas Signes distinctifs - Narrateur et héros des histoires. « C’est un enfant qui raconte ce qui se passe autour de lui », explique René Goscinny. - D’après René Goscinny, il a entre six et dix ans. Phrases cultes « C’est drôlement chouette » « Alors là c’est drôlement pas juste, c’est vrai quoi, à la fin ! » Caractère - Nicolas fait de temps en temps des colères : « J’ai essayé de pleurer un coup, mais avec maman, ça ne sert presque jamais à rien. » et lance toutes sortes de menaces : « Alors je me suis mis à pleurer, j’ai dit que ce n’était pas juste, et que je
20
quitterais l’école, et qu’on me regretterait bien. » - Enjoué, il aime rire et s’amuser avec ses copains. - Généreux, il aime faire des cadeaux à sa maman dès qu’il a un peu d’argent (un joli foulard, un chouette corsage, une robe, des gants, une ceinture et des chaussures pour sa maman !) - Volontaire et serviable, il propose souvent son aide à sa maman. - Elève plutôt moyen (« Elève turbulent, souvent distrait. Pourrait faire mieux », a écrit sa maîtresse sur son carnet). - Il fait souvent des bêtises, pas bien méchantes mais qui agacent sa maman et son papa. Ses bonnes intentions tournent souvent à la catastrophe ! Il est très maladroit (quand il se cire il met du cirage sur le sol de la cuisine, quand il aide il casse tout !) - Les animaux, les chiens [Rex], les chats [Bonbon], et même les têtards [King] ! - Bon camarade, il n’a que des meilleurs copains, les autres, ditil, ne sont pas des copains ! Il aime - Quand sa grandmère, mémé, vient le voir car elle le gâte (cadeaux, bonbons, reste de poulet à la crème, gâteaux, oeufs en chocolat…) au grand dam de son papa qui ne supporte pas sa bellemère ! - Jouer aux dames et aux billes. Il est très fort aux dames ! - Faire plaisir à Marie-Edwige en faisant des galipettes. Il aimerait bien se marier avec elle, plus tard. - Ce qu’il aime le plus c’est le foot, après son papa et sa maman, bien sûr ! - Rire. C’est pourquoi il apprécie tonton Eugène qui fait plein de blagues et M. Blédurt qui fait des tours de magie et taquine papa. - Raconter des blagues à ses parents (celle du tigre) mais il se vexe quand son papa connaît déjà la chute. - Quand ses parents ont des invités, car ils ne sortent pas et le lendemain il peut manger des restes de gâteau au chocolat. - Lire des illustrés : « c’est un illustré avec des histoires formidables, avec plein de bandits, de cowboys, d’aviateurs, de pirates, très chouette. » - Aller au cinéma pour voir des films de cowboys (par exemple, « Le mystère de la mine abandonnée ») ou de capes et d’épées (« Le retour de d’Artagnan ») - Les bagarres pendant la récré. Nicolas trouve que les récrés ne durent pas assez longtemps quand il se bat avec ses copains, il explique : « c’est peutêtre parce qu’on s’est tellement amusés ». - Jouer avec ses amis dans le terrain vague même si sa maman n’est pas d’accord : « tu reviens dans un état de saleté incroyable ! » Il n’aime pas - Faire ses devoirs et demande toujours de l’aide (à sa maman, à son papa, au voisin M. Blédurt). - Mettre le costume bleu marine (celui qui a des plis au pantalon), la chemise blanche en soie et la cravate à pois, il dit qu’il a l’air d’un « guignol » et se rassure : « j’étais bien content que les copains ne puissent pas me voir ! » - Être mis en retenue le jeudi parce que ça fait des tas d’histoires chez lui et il est privé de dessert. - Ranger sa chambre. - Quand ses copains disent qu’il est amoureux. « Amoureux, moi ! Ils me font bien rigoler ; comme si on pouvait être amoureux d’une fille, même de Marie-Edwige. » Objets fétiches - Le lapin en pâte à modeler fait à l’école, élu meilleur lapin de la classe, il lui vaudra la première place, devant Agnan.
21
- Ses illustrés - L’avion offert par mémé - La trompette achetée avec les sous que son papa lui a donnés - Le train électrique - L’auto électrique offerte par son papa Plus tard… Il aimerait être pilote et s’acheter un avion.
Fiche Papa
Papa Phrase culte « Eh bien, eh bien ! Restons calmes. Je ne reviens pas de la guerre, mais tout simplement d’une mauvaise journée au bureau ! » Signes distinctifs - Il est souvent représenté assis dans son fauteuil avec ses pantoufles, en train de lire son journal et fumer. - Ou en train de se fâcher. - « Mon papa, c’est le plus gentil de tous les papas ! », « j’ai le papa le plus gentil du monde ! » dit souvent Nicolas. Caractère - Il n’est pas toujours très disposé à aider son fils à faire ses devoirs, car lorsqu’il rentre de son travail il est fatigué. Il préfère excuser son fils auprès de la maîtresse plutôt que de l’aider ou laisser Monsieur Blédurt s’en charger ! - Il est préoccupé par l’avenir de Nicolas, il ne veut pas qu’il soit un cancre et décide même de lui payer des cours particuliers… au grand désespoir de Nicolas ! - Il râle très souvent. Sa femme lui trouve toujours mille choses à faire : repeindre la cuisine, emmener Nicolas au cinéma, tondre la pelouse… ce qui l’exaspère profondément. « On me rend fou dans cette maison ! » - Pour autant, ce n’est pas un mauvais bougre, il rechigne mais s’exécute tout de même. Il emmène Nicolas et ses amis à la fête foraine, construit un château fort avec des boîtes pour les amuser, va au zoo avec Nicolas et Alceste… - Il est un peu flemmard : il repousse toujours au lendemain ce qu’il pourrait faire le jour même. Il va même jusqu’à jeter les boîtes de conserve dans le jardin des voisins !
Fiche Clotaire
Clotaire Phrases cultes « C’est quoi les 22 mètres ? On dirait de l’arithmétique votre truc ! » « C’est quoi, camper ? » Signes distinctifs « C’est le dernier de la classe. Quand la maîtresse l’interroge, il est toujours privé de récré. » - D’après Nicolas, s’il est le dernier « c’est parce qu’il n’est pas fort en arithmétique, en grammaire, en histoire et en géographie, c’est en dessin qu’il se débrouille le mieux. » Il fait plein de fautes d’orthographe : Sur son gâteau d’anniversaire il écrit « bon aniversère » Il rédige luimême un mot d’excuses et la maîtresse s’aperçoit que c’est lui
22
qui l’a écrit à cause des fautes ! « La maîtresse n’aime pas beaucoup les excuses, et il faut faire attention parce que ça peut faire des histoires, comme la fois où Clotaire a apporté une excuse tapée à la machine. Et la maîtresse a reconnu les fautes d’orthographe de Clotaire, et elle a envoyé Clotaire chez le directeur qui voulait mettre Clotaire à la porte, mais malheureusement, il n’a été que suspendu, et son père, pour le consoler, lui a payé un chouette camion de pompiers avec une sirène qui marche, à Clotaire. » - Il ne comprend jamais rien. Nicolas dit : « Mais moi, je le connais bien, Clotaire. J’ai vu qu’il n’avait rien compris. » - Comme il s’endort toujours en classe, au moindre bruit qui le réveille, il se lève automatiquement pour aller au piquet. « Hé, Alceste ! Regarde ! Il neige ! j’ai soufflé à Alceste, qui a prévenu Maixent, qui a fait des signes à Joachim, qui a donné des coups de coude à Geoffroy, qui a prévenu Eudes, qui a réveillé Clotaire, qui s’est levé pour aller au tableau parce qu’il croyait qu’on l’interrogeait. » - Il se décourage facilement : « Le lendemain, à l’école, Clotaire était tout triste ; il nous a dit qu’à cause de nous, il ne pourrait pas conduire une locomotive. Il nous a expliqué qu’il voulait conduire une locomotive quand il serait grand, mais après la fête d’hier, il ne grandirait plus parce que son papa lui a dit qu’il n’aurait plus jamais d’anniversaires. » - C’est un bon copain qui reçoit même le prix de la camaraderie à la distribution des prix. - C’est le seul qui ait la télévision - Il est très maladroit : se casse le bras en tombant sur un petit camion rouge chez lui, renverse les livres dans la librairie de M. Escarbille « J’y ai presque pas touché ! », casse la vitrine de l’épicerie de M. Compani… Il aime - Faire rire ses camarades, même à ses dépens. - Fêter son anniversaire avec ses copains. - Faire du vélo. « Il a un vélo de courses avec un porte-bagages, c’est d’ailleurs pour cela que c’est un vélo de courses : pour faire les courses pour sa maman. Il aimerait faire le Tour de France plus tard. » - Porter des lunettes, « Comme ça, je ne serai pas le dernier ! », explique-t-il. - Montrer qu’il sait des choses parce qu’il les a vues à la télé… « ça, je l’ai entendu une fois à la télé ! » Il n’aime pas - Que les autres se moquent de lui. Quand il demande où se trouve l’Espagne, ses amis rient et lui, se vexe. - Se faire traiter d’imbécile ou d’idiot par ses copains, et quand ils jouent au jeu du Hoplà, recevoir le pion en forme d’âne. - La remise des carnets : « Je vais commencer à distribuer les carnets, a dit la maîtresse, et Clotaire s’est mis à pleurer. » « Le papa et la maman de Clotaire le privent de dessert et de télévision. Ils sont tellement habitués qu’une fois par mois le jour du carnet de notes sa maman ne fait pas de dessert et son papa va voir la télévision chez les voisins. » Objet fétiche - Son vélo jaune Plus tard… Il aimerait être pompier entre les épreuves du Tour de France. Anecdotes - Clotaire deviendra le chouchou de la remplaçante de la maîtresse (elle se trompe
23
et l’appelle Hilaire) : « C’est très bien, Hilaire. Je vois que vous savez. Allez vous asseoir. Très bien. » La maîtresse ordonne même à Agnan : « Eh bien, au lieu de faire le clown en classe, vous feriez mieux de prendre exemple sur votre camarade Hilaire. » - Sa meilleure note : un 3 en arithmétique qui lui vaut l’avantdernière place. « Le dernier, c’est un nouveau dans la classe qui a copié sur Clotaire. » - Il porte des lunettes dans une histoire. Clotaire explique pourquoi à ses amis : « c’est le docteur qui a dit à mes parents que si j’étais dernier, c’était peut-être parce que je ne voyais pas bien en classe. » Nicolas est très étonné et n’est pas vraiment convaincu de la pertinence des propos du médecin ! - Il croit encore au Père Noël : « moi j’ai vu le Père Noël dans un magasin […] même que je me suis assis sur ses genoux. » Apparitions remarquées « Les boyscouts », Les récrés du Petit Nicolas « Le bras de Clotaire », Les récrés du Petit Nicolas « Clotaire a des lunettes », Le Petit Nicolas et les copains « Les athlètes », Le Petit Nicolas et les copains « L’anniversaire de Clotaire », Histoires inédites du Petit Nicolas, volume 1 « La nouvelle », Histoires inédites du Petit Nicolas, volume 1 « Clotaire déménage », Histoires inédites du Petit Nicolas, volume 1 « Rugby à XV », Histoires inédites du Petit Nicolas, volume 2
Fiche Eudes
Eudes Phrase culte « Tu veux mon poing sur ton nez ? » Signes distinctifs « Il est très fort et il aime bien donner des coups de poing sur le nez des copains. » - « C’est un chouette copain », d’après Nicolas, même si c’est celui avec qui tous se bagarrent le plus : « Et moi, je lui ai donné un coup de pied, à Eudes, parce qu’à moi il ne me fait pas peur, non mais sans blague, et lui il m’a donné un coup de poing sur le nez et ça m’a fait pleurer, mais les yeux seulement ; ça me fait toujours ça quand Eudes me tape sur le nez, c’est drôle.” - Eudes ne craint rien. Il dit haut et fort ce qu’il a en tête, même en présence du directeur : « Si on me met un noeud dans les cheveux, ça va fumer », lache-t-il à l’idée de défiler déguisé devant le ministre. - Il n’a peur de personne, même pas de son papa « mon papa je le regarde droit dans les yeux », ni du papa de Geoffroy : « A ton papa, je lui donnerai un coup de poing sur le nez. » - Il dit qu’il fait ce qu’il veut chez lui. « J’ai pas besoin de demander la permission. Si je veux garder un chat, je le garde ! » - Il est timide : « Il y a Eudes, qui est très fort et qui donne beaucoup de coups de poing, mais seulement aux amis, parce qu’il est très timide. » - Il s’autoproclame meilleur ami de Geoffroy pour que ce dernier lui paie une glace : « le meilleur copain de Geoffroy, c’est moi, puisque nous sommes assis sur le même banc, en classe. » - Il se vexe facilement, d’après Nicolas. - Il récolte le premier prix de gymnastique. Il aime - Donner des coups de poing sur le nez des copains. - Donner des leçons de boxe : « C’est au nez qu’il faut taper ; tu cognes dessus, bong,
24
et tu as gagné ! » - Mettre des gants de boxe pour aller à l’école : « Eudes, qui est très fort, était venu une fois avec des gants de boxe, mais là, on l’a trouvé moins rigolo, parce qu’à la récré il a passé son temps à taper sur nos nez. » - Faire le cheval quand, avec ses camarades, ils jouent à Lancelot, car il est le plus fort. - Être capitaine d’équipe au foot car ditil : « Je suis le plus fort, je dois être capitaine, et je donnerai un coup de poing sur le nez de celui qui n’est pas d’accord. », mais aussi le chef en général : il se proclame chef de la bande des vengeurs, directeur de la publication d’un petit journal, seul propriétaire d’un cheval blanc de cowboy. - Raconter les exploits de son grand frère Jonas qui fait son service militaire : « Je vous laisserai lui parler. » Il n’aime pas - Qu’on l’embête - Qu’on confisque les jeux des copains. Quand le Bouillon confisque le ballon de Geoffroy, Eudes prend la tête de la rébellion : « Eh bien, on va lui montrer qu’il n’a pas le droit ! […] quand le Bouillon sonnera la cloche pour monter en classe, nous, on n’ira pas. » - La traîtrise. Il n’est pas content lorsque Geoffroy souffle une mauvaise réponse à Nicolas : « Si on lui tombait dessus à la récré demain ? », il traite Clotaire de « lâche » et de « traître » parce que ce dernier refusait se « s’entraîner contre les ennemis ». - La rivalité avec son grand frère, Jonas : « C’est lui le chouchou. Il a beau dire que c’est moi qui fais des histoires, lui, il me tape dessus, il a le droit de rester tard pour regarder la télé et on le laisse fumer ! » Objets fétiches - des gants de boxe. Plus tard… On peut imaginer qu’Eudes sera boxeur, mais il aimerait aussi être pilote d’avion. Anecdotes - La seule fois où Eudes tombe sur plus fort que lui c’est sur Djodjo, le nouvel élève anglais : « S’il ne laisse pas son nez en place, comment voulez-vous que je me batte ? il a crié et bing ! Djodjo a donné un coup de poing à Eudes qui l’a fait tomber assis. » - La seule fois où Eudes a peur, c’est sur les patins de Geoffroy. « Ne me lâchez pas, ne me lâchez pas ! » crietil, car il ne sait pas en faire. Apparitions remarquées « L’insigne », Le Petit Nicolas a des ennuis « Jonas », Le Petit Nicolas a des ennuis « Les patins », Histoires inédites du Petit Nicolas, volume 2
Fiche Bouillon
Le Bouillon Surnommé le Bouillon, mais en réalité, s’appelle Monsieur Dubon (ceci dit, même le directeur de l’école se trompe !) Phrases cultes - « Regardez-moi bien dans les yeux ». - « Aah ! Je vous attrape ! Vous pensiez que je ne surveillais pas de labas, hein ?
25
Mais il faut se lever de bonne heure pour m’avoir, moi ! Allons, marchez au piquet ! » Signes distinctifs - Il a les poings sur les hanches pour gronder les élèves en train de vociférer : « le Bouillon est arrivé en criant. » - Il a une moustache et « avec lui il faut pas faire les guignols ». - Il a été sousofficier, sergentchef de tirailleurs. - Quand il est énervé, il se passe la main dans les cheveux ou sur la figure, se frotte la bouche avec la main, se passe la main sur le menton, se met les mains sur la figure et s’allonge les joues et « sa moustache [bouge] dans tous les sens ». Il appelle les élèves « Petits vandales », « mauvaise graine », « mes gaillards », « pitre », « mon jeune ami », « petits sauvages », « petits misérables », « graines de bagne », « cosaques » Caractère - Jugé sévère par les élèves qu’il surveille. - Malgré tout, il est un personnage sympathique : il confisque les objets des élèves mais s’en sert… il joue à la pétanque pendant la récréation et essaie même les patins de Geoffroy ! et des fois il peut être chouette, comme la fois où Nicolas reste à la cantine. « Le Bouillon m’a passé la main sur les cheveux et il a fait un gros sourire. » - Il s’occupe des élèves : il leur apprend à défiler, il accompagne Agnan hors de la classe lors d’une de ses crises de nerfs, il prend dans ses bras Joachim car il s’est reçu une porte sur le nez. Il aime - La Corrèze, l’Ardèche où il a de la famille. - Que les enfants soient sages pendant la récréation et jouent à des jeux intelligents. « Pourquoi ne jouezvous pas à des jeux intelligents, sportifs, vraiment distrayants ? » - La discipline : « En rang et que je ne vous entende plus ! », « une ! deux ! », « silence dans les rangs ! » Il n’aime pas - Que les enfants se bagarrent : « Pourquoi vous battezvous ? Hmm ? » - Qu’ils jouent à des jeux violents : « Pourquoi inventezvous toujours des jeux brutaux et stupides ? » - Les jeux d’argent : « le jeu est une abomination qui conduit à la ruine et à la prison », « jeu ridicule et néfaste ». Ses punitions - Aller au piquet, « allez vous deux, marchez au piquet. » - Se mettre en rang immédiatement. - Faire des lignes : « Il est inadmissible de faire exploser des pétards en classe et de ne pas se dénoncer par la suite. » « Je ne dois pas crier quand la cloche donnant le signal de la fin de la récréation et de la rentrée des classes a sonné. » - Conjuguer des verbes : « Je ne dois pas mentir à M. le Surveillant quand celuici me pose une question au sujet d’un objet particulièrement dangereux que j’ai introduit clandestinement dans l’école. » (Joachim) « Je ne dois pas dire des absurdités pendant la récréation, ni semer le désordre, obligeant de la sorte M. le Surveillant à intervenir. » « Je ne dois pas crier en classe ni proférer, sans raison, des insultes à l’intention de mes camarades. »
26



!"# $% & '()& *
+ ),- .